Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

REVU lance son sixième numéro

Après plusieurs mois d’échanges avec les auteurs, de discussions éditoriales, de mise en page et de relectures, toute l’équipe de rédaction de REVU est fière de vous annoncer la parution du sixième numéro de la « revue de poésie snob et élitiste ». Ce numéro s’intitule LA FAILLE.

Son inauguration aura lieu à l’Autre Rive
jeudi 28 mars 2019
à 18 h 30
en présence de l’équipe de rédaction.
 

« Sixième numéro de REVU, La Faille entend nous amener à trouver des issues. Qu’elles soient géologiques, intimes, interpersonnelles, les failles exploitées ici sauront, n’en doutons point, nous rendre plus vivants. »

revu-la-revue-6.png

Dans
REVU n° 6 : LA FAILLE,
vous trouverez…

– des illustrations de Lothaire Arnoux, Audrey Bellière, David Bulle, Tiphaine Dussart ;
– des photographies de Bertille Chéret ;
– des textes de Michèle Finck, Théophile Coinchelin, Valérie Fortune, Pierre Guéry, Amélie Guyot, Anne Kawala, Thomas D. Lamouroux, Guylaine Monnier, Joyce Rivière, James Sacré, Ali Thareb, Vincent Tholomé ;
– des articles de Régis Poulet et Anton Beraber ;
– un entretien entre Florent Kieffer et Mathieu Olmedo ;
– et d’autres surprises, naturellement.

 

Les membres
du collectif REVU nous
ont déjà rendu visite en 2016.
Pour en savoir plus sur ce groupe de
jeunes poètes nancéiens, et découvrir le
programme de ses actions printanières,
vous feriez bien de consulter
son nouveau site.

Marc Villemain à la « Tournée des Libraires »

Pour conclure l’édition 2019 de la tournée des libraires, l’Autre Rive vous invite à rencontrer

marc_villemain.jpgMarc Villemain

samedi 23 mars 2019

à 18 h 30

pour son roman Mado, qui vient de paraître aux éditions Joëlle Losfeld. « Mado est une histoire d’amour. Une histoire sombre et lumineuse, celle de deux jeunes filles qui, entrant dans l’âge adulte, découvrent ce qui irrigue toute passion : le désir, la jalousie et la peur. »

Marc Villemain, né en 1968, est l’auteur de deux recueils de nouvelles : Et que morts s’ensuivent (éditions du Seuil, 2009, Grand Prix de la nouvelle décerné par la Société des Gens de lettres) et Il y avait des rivières infranchissables (éditions Joëlle Losfeld, 2017). Avant Mado, il a écrit plusieurs romans, dont Ils marchent le regard fier (éditions du Sonneur, 2013). Il est aussi directeur de collection aux éditions du Sonneur.

L’entretien sera mené par Isabelle Flaten
(dont le dernier livre, Ainsi sont-ils, est paru en 2018
aux éditions du Réalgar).

 

tournée.jpg

La Tournée des Libraires, c’est une série d’animations,
de rencontres et de dédicaces qui se déroulent le même jour

dans toutes les librairies de la ville.

Ouverture de POEMA à l’Autre Rive

L’ Autre Rive, partenaire de POEMA, festival
des poésies d’aujourd’hui,
reçoit

Arneodo_Gallon.JPG

OLIVIER GALLON, directeur des
éditions la Barque,

et KARINE MARCELLE ARNEODO,
traductrice du japonais et poète,

jeudi 14 mars 2019
à 18 h 30

________

Olivier Gallon a fondé et dirigé la revue La Barque de 2006 à 2012. Puis il l’a transformée en maison d’édition, publiant livres de poésie, récits et essais. Le domaine étranger et la traduction y tiennent une grande part : Tarjei Vesaas, Conrad Aiken, Amelia Rosselli, Ossip Mandelstam, Marina Tsvetaeva… En 2017, une nouvelle revue est née : La Barque dans l’arbre.

________

Traductrice, Karine Marcelle Arneodo a donné au public français Poèmes 1945-1955 d’Ayukawa Nobuo, figure emblématique de la poésie japonaise contemporaine. Poète, Karine Marcelle Arneodo a publié en 2017 L’Entre-terre (éditions la Barque).

poema-couverture.jpg

Équipe de coordination de l’édition 2019 de POEMA :
Sandrine Gironde, Franck Doyen, Jean-Marc Bourg.

Rencontre

matthieu_jung(c)BrunoCharoy.jpg

Matthieu Jung

mercredi 13 février 2019

à 18 h 30

 

viendra nous présenter son roman Triangle à quatre

qui vient de paraître aux éditions Anne Carrière.

 

Éric est agent d’assurances, il a survécu à une transplantation cardiaque. Le jour de cette greffe, Ludovic est mort et on a prélevé son cœur. La fiancée de ce dernier, Élise, a sombré dans une grave dépression. Quelques années plus tard, Élise croise la route d’Éric et se sent attirée par lui. jung_triangle.jpgÀ cause de la liaison qui s’est nouée entre eux, l’épouse d’Éric, Bénédicte, voit son mari s’éloigner d’elle et décide de se battre. De son côté, Élise en vient à se convaincre que c’est le cœur de Ludovic qui bat dans la poitrine d’Éric… Adoptant le rythme d’un vaudeville, ou plutôt d’une comédie romantique à la Billy Wilder, ce roman imagine les conséquences inattendues des avancées les plus récentes de la médecine, pour nous parler des couples et de la transmission entre générations.

 

Après avoir publié chez Stock le fameux Principe de précaution, puis Vous êtes nés à la bonne époque (pour lequel nous l’avions reçu en 2011), Matthieu Jung se consacre pendant plusieurs années à son livre suivant, qui paraît en 2017 aux éditions Anne Carrière : Le Triomphe de Thomas Zins, roman-fresque dont l’action se déroule principalement à Nancy, et qui retrace une éducation sentimentale et esthétique dans les années 1980. Ce roman, pour lequel Matthieu Jungjung_zins.jpg s’est vu décerner le prix de la Feuille d’Or de la ville de Nancy, est maintenant disponible en poche, dans la collection Points-Seuil.

L’art de Matthieu Jung, fondé sur le mélange des tons et sur le caractère imprévisible des situations, fuit toute redondance et toute explicitation. Le romancier nous maintient à hauteur de personnages et nous laisse le soin de deviner la signification des événements, cruels ou hilarants, que traversent ses héros.

Rencontre

gil-j.jpgavec  Gil Jouanard

jeudi 7 février 2019  à  18 h 30

à propos de son récit
Celui qui dut courir après les mots,
récemment paru aux éditions Phébus.

 

À huit ans, à l’approche du divorce de ses parents, l’enfant taciturne et contemplatif qu’il était se mit tout à coup à parler. Mais ce ne furent pas ses mots propres qui franchirent ses lèvres, plutôt ceux de Zorro, de Tarzan, de Buffalo Bill : les héros de ses livres préférés. À l’adolescence, c’est l’amour qui servit de révélateur à sa timidité et à sa sensibilité. L’amour mais aussi la chanson, qui transforma sa voix autant que son rapport aux autres. Avec Celui qui dut courir après les mots, Gil Jouanard nous offre un livre inclassable, qui présente une série de variations sur les mots, l’écriture et l’art de se dire. Se fondant sur quelques épisodes de sa jeunesse et de son enfance, il nous raconte comment le langage structure notre rapport au monde.

Gil Jouanard, découvert en ses jeunes années par René Char, a semé sur son chemin des textes très divers, écrits dans une prose poétique de la plus haute simplicité. Soit une quarantaine de livres, publiés chez différents éditeurs, surtout Verdier, Fata Morgana et Phébus. Celui qui dut courir après les mots forme, avec Un nomade casanier (2003) et Les Roses blanches (2016), une sorte de trilogie autobiographique.

nomade-casanier.jpg   roses-blanches.jpg   courir-après-les-mots.jpg