Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rencontre théâtrale

À l’occasion de la présentation de Trois Ruptures

au Théâtre de la Manufacture, du 24 mai au 4 juin 2016 :

Elle lui a préparé un repas d’adieu. Il lui reste en travers de la gorge. Il a rencontré quelqu’un. Elle ne le supporte pas. Ils ont un enfant. Il fait exploser leur couple. Trois ruptures.

 

Rémi De Vos  sera à la librairie l’Autre Rive

vendredi 27 mai 2016

à 18 h 30.

RdeVos.jpg

                                                  © Giovanni Cittadini Cesi

Rémi De Vos commence à écrire en 1994. Ses textes sont mis en scène notamment par Alain Barsacq, Laurent Vacher, Hervé Guilloteau, Christophe Rauck, Éric Vigner, Anne-Laure Liégeois, Niels Arestrup, David Lejard-Ruffet, Philip Boulay.

Il écrit Débrayage, qu’il crée lui-même au CDDB–Théâtre de Lorient, puis André le magnifique (Molière du meilleur auteur en 1998), Projection Privée, Conviction intime, Jusqu’à ce que la mort nous sépare, Pleine lune, Occident, Le Ravissement d’Adèle, Sextett, Madame, Cassé, Trois ruptures… Ses pièces sont publiées aux éditions Actes Sud-Papiers et sont traduites en quinze langues. En 2011, il crée avec Othello Vilgard la compagnie Solaris.

 

Un atelier d’écriture animé par Rémi De Vos est organisé samedi 28 mai, de 9 h à 13 h, au Théâtre de la Manufacture. Il est ouvert à tous, dès l’âge de dix-huit ans (plein tarif : 20 € / tarif réduit : 12 €).

Information : 03 83 37 42 42

www.theatre-manufacture.fr

Rencontre avec les Grecs et les Latins

En partenariat avec l’ Association lorraine des Professeurs de langues anciennes (ALPLA), l’Autre Rive vous invite à rencontrer

judetdelacombe.jpg

                                                       © Albin Michel

Pierre Judet de La Combe

vendredi 13 mai 2016

à  18 h 30

à l’occasion de la parution de L’avenir des Anciens (éditions Albin Michel).

La nouvelle réforme du collège a sonné le glas de l’enseignement du latin et du grec. Or, contrairement aux idées reçues, contrairement aux mots d’ordre idéologiques des modernistes libéraux (et à ceux des modernistes « antibourgeois »), l’apprentissage d’une langue ancienne,avenirdesanciens.jpg en tant que vecteur de réalités culturelles mais aussi pour elle-même, en tant que système de signes et d’usages, comporte une vertu émancipatrice dont pouvaient bénéficier tous les élèves qui le choisissaient, même dans les campagnes les plus isolées, même (et surtout ?) dans les zones d’éducation prioritaires.

C’est ce que démontre Pierre Judet de La Combe, en nous dévoilant une pédagogie, en nous faisant partager des méthodes de traduction, – qu’illustrent des aperçus rafraîchissants sur Homère, sur Virgile, sur le théâtre tragique.

Au delà du plaidoyer en faveur des humanités classiques, Pierre Judet de La Combe nous initie à un authentique art de lire, qui s’adresse à tout esprit honnête et curieux.

Pour aider l’humanité à ne pas désespérer d’elle-même, ne lâchons pas les humanités.

 

Pierre Judet de La Combe, helléniste, a publié des traductions d’Hésiode, d’Eschyle, d’Aristophane et d’Euripide. Il a publié en 2010, aux éditions Bayard, Les tragédies grecques sont-elles tragiques ?. Il a écrit avec Heinz Wismann L’avenir des langues : repenser les humanités (éditions du Cerf, 2004). Pierre Judet de La Combe est directeur d’études à l’EHESS et directeur de recherches au CNRS.

Soirée consacrée à Henri Roorda

À l’occasion de la présentation de La Boue originelle

au théâtre de la Manufacture, à 19 h, du 5 au 11 mai 2016.

Roorda.jpg

Rencontre avec Gilles Losseroy, maître de conférences à l’université de Lorraine, metteur en scène, spécialiste des avant-gardes européennes du début du XXe siècle

mercredi 11 mai 2016

à 18 h 30

à la librairie l’Autre Rive.

 

Professeur de mathématiques atypique, Henri Roorda (1870-1925) publia plusieurs essais et fut également chroniqueur dans la presse suisse. Esprit libre au sens très précis du terme, ancêtre de Vialatte et de Desproges, Roorda jette un regard tant critique qu’amusé sur tout et principalement sur ce à quoi l’on s’attend le moins : sur la patrie, l’art, le travail, les hommes politiques, les cacahuètes, le système pileux… Autant de prétextes à l’antiphrase, au détournement, au jeu de mots et à l’ironie.

Gilles Losseroy mène des recherches sur Henri Roorda depuis de nombreuses années. Il participe à la mise en place de colloques et d’expositions et livre plusieurs publications sur l’auteur. Parmi celles-ci, en 2013 : Les Saisons indisciplinées, recueil de chroniques inédites en volume (éditions Allia, 447 pages).

 

La Boue originelle, mis en scène par Françoise Klein (les Productions de l’Enclume), est programmé dans le cadre du festival Musique Action.

Information : 03 83 37 42 42

www.musiqueaction.com

Rencontre

jeudi 14 avril 2016

à 18 h 30

avec Roland Schön

auteur de L’Art de l’oblique (éditions de l’Œil).

La soirée sera animée par Philippe Sidre, directeur du théâtre Gérard-Philipe.

En partenariat avec le théâtre Gérard-Philipe de Frouard, dans le cadre du festival Geo Condé.

artoblique.jpg

Ce recueil de dessins et de textes évoque des sujets aussi divers que les arts primitifs, la commedia dell’arte ou l'expressionnisme. L’écrivain, plasticien et metteur en scène s’applique différents masques afin de transfigurer le réel.

Rencontre

avec Matthieu Renault

vendredi 1er avril 2016   à 18 h 30

pour une discussion à propos des écrits et de la vie de C.L.R. JAMES.

 

C.L.R. James (1901-1989) vécut à Trinidad, en Angleterre et aux États-Unis. Il participa aux principaux débats animant l’extrême gauche anglophone. Il côtoya des figures importantes, comme Léon Trotski, et mit en place une critique virulente de ce qu’il appelait « le capitalisme d’État » de l’URSS des années 1940. En près de cinquante ans, C.L.R. James a publié des dizaines de textes, qui ont exercé une influence notoire sur les processus de décolonisation des îles de la Caraïbe et de plusieurs pays africains comme le Ghana et la Tanzanie. Ses prises de parole ont influencé de manière déterminante les mouvements du Black Power aux États-Unis.

Pourtant, ce personnage majeur du XXe siècle anglophone était en France une figure quasi inconnue. Un essai de Matthieu Renault vient mettre un terme à cette situation. Dans C.L.R. James : la vie révolutionnaire d'un « Platon noir » (éditions La Découverte, 2016), plutôt que de faire le choix d’une simple biographie, l’auteur dresse une réflexion sur la construction de la pensée et ses articulations entre éducation européenne et identité caribéenne,clrjames.JPG entre littérature et engagement politique, entre histoire universelle et histoire depuis les marges.

En janvier 2016, les éditions Ypsilon publient un texte de James (paru en 1953), dont Matthieu Renault signe la postface : Marins, renégats et autres parias, étude originale du Moby Dick d’Herman Melville.

Toute sa vie, James fut divisé entre son engagement dans les luttes contre l’impérialisme britannique et sa vision européenne du combat politique et des débats intellectuels. « C’est dans la philosophie et la littérature de l’Europe de l’Ouest », écrira-t-il, « que s’enracine ma compréhension du monde. »

 

Matthieu Renault est maître de conférences en philosophie à l’université de Paris-8 Vincennes-Saint-Denis. Il est l’auteur de Frantz Fanon : de l’anticolonialisme à la critique postcoloniale (Amsterdam, 2011), et de L’Amérique de John Locke : l’expansion coloniale de la philosophie européenne (Amsterdam, 2014).