Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Poésie in situ : troisième semaine

Rendez-vous (ou rituel) quotidien sur le site poema.fr :
cette troisième semaine vous donne l’occasion de lire
la poésie de Lucie Taïeb.
 

Lucie Taieb - photo Michel Durigneux.jpgLucie Taïeb, écrivaine et traductrice, est née en 1977 à Paris. Elle recherche une écriture de la justesse, centrée sur l’unité du poème et du fragment à travers des genres variés (essai, roman, poésie). À partir de ces genres, elle expérimente des formes singulières, parfois en dialogue avec des artistes venus d’autres disciplines (musique improvisée, gravure, photographie). Elle a publié des recueils de poésie : Tout aura brûlé (éditions Les Inaperçus), La retenue et Peuplié (Lanskine). Un essai : Freshkills : Recycler la terre (éditions Nota Bene). Et deux romans : Safe et Les échappées (éditions de l’Ogre), lequel s’est vu décerner le prix Wepler en 2019. Lucie Taïeb publie dans de nombreuses revues et lit fréquemment ses textes à voix haute lors de rencontres et de festivals.

Dans le cadre de POEMA 2020, Lucie Taïeb devait intervenir lors de l’événement Poésies autres mondes, le 25 avril, à la librairie Autour du Monde à Metz.

 
En ces temps de confinement, “Poésie in situ” se poursuit.
En collaboration avec les auteurs du festival 2020, POEMA publie quotidiennement sur son site @ et pendant cinq semaines (et + si le confinement se prolonge) un texte, ou parfois
un enregistrement audio ou vidéo,
de cinq auteurs invités cette année au Festival mais dont la venue a été annulée.
Chaque samedi est réservé à un inédit.
 
Les cinq auteurs sont :
du 6 au 11 avril : Christophe Manon ;
du 13 au 18 avril : Anne-James Chaton ;
du 20 au 25 avril : Lucie Taïeb ;
du 27 avril au 2 mai : Frédéric Forte ;
du 4 au 9 mai : Rémi Checchetto.

Poésie in situ : deuxième semaine

Rendez-vous (ou rituel) quotidien sur le site poema.fr :
cette deuxième semaine vous donne l'occasion de lire et d'entendre
l’écriture d' Anne-James Chaton.
 

Anne-James_Chaton.jpgNé à Besançon en 1970, Anne-James Chaton vit et travaille à Paris. Il a publié plusieurs recueils aux éditions Al Dante et a rejoint le label allemand Raster-Noton en 2011 avec Événements 09. En 2016, il publie Elle regarde passer les gens aux éditions Verticales et reçoit le prix Charles Vildrac de la Société des Gens de lettres. En 2019, il publie L'affaire La Pérouse, aux éditions P.O.L. Son dernier livre, Vie et mort de l'homme qui tua John F. Kennedy, est paru en mars 2020, toujours chez P.O.L. Il a réalisé des albums avec le guitariste Andy Moor, du groupe The Ex, et avec l'artiste allemand Carsten Nicolai aka Alva Noto.

Dans le cadre du festival POEMA 2020, Anne-James Chaton devait intervenir lors de l'événement Heretics, le 2 avril à Metz, en partenariat avec Fragment.

 
En ces temps de confinement, “Poésie in situ” se poursuit.
En collaboration avec les auteurs du festival 2020, POEMA publie quotidiennement sur son site @ et pendant cinq semaines (et + si le confinement se prolonge) un texte, ou parfois
un enregistrement audio ou vidéo,
de cinq auteurs invités cette année au Festival.
Chaque samedi est réservé à un inédit.
 
Les cinq auteurs sont :
du 6 au 11 avril : Christophe Manon ;
du 13 au 18 avril : Anne-James Chaton ;
du 20 au 25 avril : Lucie Taïeb ;
du 27 avril au 2 mai : Frédéric Forte ;
du 4 au 9 mai : Rémi Checchetto.

Poésie in situ

En ces temps de confinement, POEMA vient d’imaginer “Poésie in situ”
En collaboration avec les auteurs du Festival 2020, POEMA publiera quotidiennement sur son site @ et pendant cinq semaines (et + si le confinement se prolonge) un texte, ou parfois un enregistrement audio ou vidéo
de cinq auteurs invités cette année au Festival.
Ces textes sont déjà publiés, sauf le samedi, réservé à un inédit.
 
Partenaire de l’événement, la bibliothèque départementale relaie cette initiative originale, qui préserve le fil entre nous et les auteurs invités de POEMA cette année.
 
Les cinq auteurs sont :
du 6 au 11 avril : Christophe Manon ;
du 13 au 18 avril : Anne-James Chaton ;
du 20 au 25 avril : Lucie Taïeb ;
du 27 avril au 2 mai : Frédéric Forte ;
du 4 au 9 mai : Rémi Checchetto.
 
Rendez-vous (ou rituel) quotidien sur le site poema.fr
Cette première semaine vous donnera l’occasion de vous plonger
dans l’écriture de Christophe Manon, régulièrement invité à POEMA.
Bonnes lectures, belles découvertes !
Faites-vous du bien.
Toute l’équipe de POEMA

Annulation des événements annoncés

La venue de Clotilde Perrin et celle de Michel Bernard,
qui vous avaient été annoncées pour le samedi 21 mars 2020,
sont annulées en raison de la mesure de confinement récemment prescrite.

Rencontre avec deux auteurs du Nouvel Attila

Isabelle Flaten
Franck Doyen

vendredi 13 décembre 2019
à 18 h 30

nous présenteront leurs romans respectifs, en dialoguant
avec leur commun éditeur Benoît Virot, fondateur de la
revue Le Nouvel Attila (2004-2007) et des éditions
du même nom (depuis 2013).

Sablonchka.JPGFranck Doyen est l’auteur de plusieurs livres de poésie, dont Mocha (aux éditions de la Lettre volée) pour lequel nous l’avons reçu en 2018. Il est membre du comité de rédaction de la revue REVU et participe à la coordination de POEMA : festival des poésies d’aujourd’hui. Les éditions du Nouvel Attila publient son premier roman, Sablonchka, « version végétale du Désert des Tartares ». Dans ce « roman d’anticipation sans virgules », un homme armé d’un AK-47, qui n’a pas quitté son poste depuis vingt-deux ans, et que hante le souvenir d’une femme ou créature mythique nommée Sablonchka, attend la relève. Il sait qu’elle arrive. Elle arrive aujourd’hui.

Isabelle Flaten alterne depuis son entrée en littérature les romans et les recueils de nouvelles. Après avoir publié plusieurs livres aux éditions du Réalgar, Adelphe.jpgdont Ainsi sont-ils, paru en 2018, elle confie au Nouvel Attila son dernier roman, Adelphe, qui évoque l’émancipation des femmes au sortir de la Première Guerre mondiale. Il vient de recevoir le prix Erckmann-Chatrian.

 

Le Nouvel Attila cultive les genres inclassables et les mauvaises herbes littéraires, en proposant traductions, rééditions de trésors oubliés, et quelques auteurs français choisis, à raison de six à huit livres par an, fruits de la
rencontre et du travail entre un auteur (ou son traducteur),
un dessinateur et un graphiste.