Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Soirée Emma Goldman

vivre_ma_vie.jpgÀ l’occasion de la publication de l’autobiographie d’Emma Goldman – enfin traduite dans son intégralité – aux éditions l’Échappée :
 
VIVRE MA VIE
Une anarchiste au temps des révolutions
 
nous recevrons JACQUELINE REUSS,
l’une des traductrices du volume,
 
vendredi 10 mai 2019
à 18 h 30.
 
Entre fresque historique et ode à la révolte, cet ouvrage de mille pages serpente à travers la fièvre du mouvement ouvrier américain, les prémices autoritaires de la Révolution bolchévique, les luttes antimilitaristes ou encore le combat pour l’émancipation des femmes.
Considérée en son temps comme « la femme la plus dangereuse d’Amérique », Emma Goldman, l’anarchiste, la révolutionnaire, l’immigrée russe, la voyageuse, l’internationaliste, la passionnée, pose son regard lucide emma-goldman.jpget sensible sur les bouillonnements sociaux qui ébranlent le monde de la fin du XIXe siècle à la Seconde Guerre mondiale. Bouillonnements auxquels elle participe activement.
Guidée par son intégrité politique, son analyse sans concessions des rapports de pouvoir, son désir de changer une société profondément injuste, elle signe là un témoignage précieux, véritable monument de l’histoire populaire.
 
VIVRE MA VIE,
une anarchiste au temps des révolutions
.
Traduit de l’anglais par Laure Batier et Jacqueline Reuss.
Éditions l’Échappée (novembre 2018).

Rencontre

L’Autre Rive accueille

 

Delphine Horvilleur

mardi 23 avril 2019

à 18 h 30

 

horvilleur_réflexions.jpgpour son essai Réflexions sur la question antisémite,
récemment paru aux éditions Grasset.

 

  « Sartre avait montré dans Réflexions sur la question juive comment le Juif est défini en creux par le regard de l’antisémite. Delphine Horvilleur choisit ici de retourner la focale en explorant l’antisémitisme tel qu’il est perçu par les textes sacrés, la tradition rabbinique et les légendes juives.
  « L’exégèse de cette littérature est d’autant plus pertinente que les motifs récurrents de l’antisémitisme sont aujourd’hui revitalisés dans les discours de l’extrême droite et de l’extrême gauche.
  « Ces Réflexions sur la question antisémite offrent des outils de résilience pour échapper au repli identitaire : la tradition rabbinique ne se soucie pas tant de venir à bout de la haine des Juifs (peine perdue…) que de donner des armes pour se prémunir contre elle. »

Née en 1974 à Nancy, Delphine Horvilleur est rabbin et dirige la rédaction de Tenou’a, revue trimestrielle de pensée(s) juive(s), qui a été fondée en 1981 par le Mouvement juif libéral de France. Ses précédents livres sont parus aux éditions Grasset : En tenue d’Ève : féminin, pudeur et judaïsme (2013), et Comment les rabbins font les enfants (2015). Elle a publié en 2017, avec l’islamologue Rachid Benzine, Des mille et une façons d’être juif ou musulman : dialogue, aux éditions du Seuil.

Rencontre

avec  G i l b e r t  V a u t r i n
et Jean-Louis Houchard

vendredi 19 avril 2019  à  18 h 30

pour une lecture-performance
poétique et musicale.

houchard.jpg Jean-Louis Houchard est écrivain et musicien improvisateur, principalement percussionniste. Il a dirigé le volume Encountering – rencontrer – John Cage, publié en 2008 par les éditions Voix, et il a écrit le texte de plusieurs livres d’artistes publiés par l’éditeur ardennais Rencontres. En 2018, il a réalisé avec le peintre et musicien de jazz Daniel Humair Corps flottants de l’humeur vitrée, un livre paru aux éditions Voix.

 

vautrin.jpgGilbert Vautrin se définit comme un poète-marcheur. Ses textes s’écrivent en lui tandis qu’il pratique une marche dite athlétique, en parcourant la campagne et les forêts lorraines : « Moments de grâce comme hors du temps, de tout langage, moments de dépouillement où quelque chose semble s’effacer entre le paysage et moi. Le corps devient poème. » Il a publié aux éditions Æncrages & Co : De Plain-Pied (en 2011) et Anges et Corbeau (en 2015).

Sur les pas de l’araignée

en compagnie de

Dominique Jacobs,
de Christine Rollard
et de

Xavier Carteret

vendredi 12 avril 2019
à 18 h 30.

splendeurs_araignée.jpgDominique Jacobs, qui n’est « ni savante, ni psychiatre, ni artiste, ni éleveur, ni perverse, ni écologiste… juste trouillarde ! », a récemment publié Splendeurs de l’araignée, dans la collection « De Natura rerum » des éditions Klincksieck, un essai par lequel elle rend hommage à un animal qui la terrorise. Les diverses espèces d’araignées y sont évoquées à travers une foule d’observations et d’anecdotes.

Christine Rollard, biologiste, enseignante-chercheuse au Muséum d’histoire naturelle de Paris et arachnologue de renommée mondiale, a préfacé ce livre.

Xavier Carteret, mycologue et illustrateur, historien et philosophe des sciences de la nature (docteur en histoire de l’École des hautes études en sciences sociales), a fondé la collection « De Natura rerum » avec Patrick Reumaux.

Tous trois nous présenteront la
collection « De Natura
rerum ».

 

Créée en 2013, aux éditions Klincksieck, cette collection est consacrée aux règnes de la nature : botanique, science du vivant et minéralogie. Chaque volume est pensé comme une création unique, soumise aux exigences de la rigueur scientifique, et visant à procurer plaisir de la lecture et plaisir des yeux. Rigueur scientifique car il est fait appel aux meilleurs spécialistes et parce que chaque volume comprend la description précise et savante de chaque espèce étudiée. Plaisir de la lecture car l’éditeur a choisi de confier la rédaction des textes à des auteurs épris de littérature en même temps que passionnés par la nature et ses trésors. Plaisir des yeux car chaque volume est richement illustré en couleur. Les illustrations répondent à des critères d’esthétique, d’exactitude scientifique et de pertinence par rapport au texte. La collection invite le lecteur à un passionnant voyage au cœur de la nature dans sa complexité, sa diversité, son immense richesse et sa très grande beauté.

Dominique Jacobs, Splendeurs de l’araignée, préface de Christine Rollard, illustrations de Vincent Gavériaux ; éditions Klincksieck, septembre 2018.

Rencontre en psychanalyse

L’École de Nancy pour la psychanalyse et l’Autre Rive
reçoivent

Marie Pesenti-Irrmann
psychanalyste, membre de l’association Espace analytique,

vendredi 29 mars 2019  à 18 h 30

MARIE_PESENTI-IRRMANN.JPG

 

à propos de son livre
Lacan à l’école des femmes
(éditions Érès, 2017)

 

Sur les chemins qu’il a empruntés au cours de son séminaire, Lacan a rencontré, dans sa pratique et dans la littérature, des figures féminines qui l’ont enseigné sur la question de l’amour et de la jouissance : Aimée, Antigone, Diotime, Ophélie, Sygne de Coûfontaine, Lol V. Stein, Marguerite de Navarre, Thérèse d’Avila…

Marie Pesenti-Irrmann reprend une par une ces figures féminines, pour dégager ce qu’elles esquissent d’un ternaire inédit Jouissance/ Amour/ Femme, en contrepoint du ternaire Désir/ Phallus/ Nom du Père longuement déplié par Lacan.

L’entretien sera mené par Norbert Bon, psychanalyste à Nancy.

lacan_école_des_femmes.jpg