Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Géopoétique

kennethwhite.jpgDeux soirées avec

K e n n e t h   W h i t e

jeudi 24 et vendredi 25

septembre 2015

 

• Une conférence inédite : Pour une littérature vraiment mondiale (jeudi 24 septembre, à 18 h 30) ;
• Un entretien portant sur l’ensemble de son œuvre (vendredi 25 septembre, à 18 h 30).

Né en Écosse, Kenneth White vit en France depuis 1967. Poète, essayiste, écrivain du voyage et du nomadisme, théoricien de la géopoétique, il est l’auteur d’une œuvre considérable par son ampleur et par sa vitalité, qui fait l’objet d’une reconnaissance internationale. Il a fondé en 1989 l’Institut international de Géopoétique, et créé en 1990 les Cahiers de Géopoétique.

 

Quelques œuvres de Kenneth White

Poésie : En toute candeur ; Atlantica ; Le Grand rivage ; Les Archives du littoral.

Essais : Le Plateau de l’albatros ; L’Esprit nomade ; La Figure du dehors ; Les Finisterres de l’esprit.

Prose narrative ou descriptive : Lettres de Gourgounel ; La Route bleue ; Les Cygnes sauvages ; Les Vents de Vancouver.

gang du kosmos.jpg    au large de l'histoire.jpg

Deux livres parus en 2015 : Le Gang du Kosmos, traduit de l'anglais par Matthieu Dumont, éditions Wildproject ; et Au large de l’Histoire, éditions le Mot et le reste.

Rencontre avec le romancier des espaces sauvages

L’Autre Rive reçoit

Marc Graciano

 

vendredi 26 juin 2015

à 18 h 30

 

graciano liberté.jpg    graciano forêt.jpg

pour son deuxième roman, Une forêt profonde et bleue, récemment paru aux éditions Corti, qui confirme l’originalité et la force de son talent.

Marc Graciano s’entretiendra avec Édith de la Héronnière, qui avait été parmi les premiers à saluer la parution de Liberté dans la montagne, en 2013 (premier roman de l’auteur ; éditions Corti).

 

Une silhouette montée sur un coursier se détache au loin sur le versant d’une colline. C’est une fille, elle est à la tête d’un groupe de cinq guerriers, à cheval eux aussi… Ainsi commence le second roman de Marc Graciano, où une nature sauvage et idyllique devient le réceptacle de la cruauté sans limite de quelques hommes.

 

 

Édith de la Héronnière a publié notamment : Vézelay, l’esprit du lieu (Pygmalion, 2000, et Petite Bibliothèque Payot, 2006) ; Joë Bousquet, une vie à corps perdu (Albin Michel, 2006) ; Promenade parmi les tons voisins (Isolato, 2007) ; Mais la mer dit non (Isolato, 2011).

 

Rencontre

avec le collectif de

la revue HIATUS

hiatus.JPG

 

mercredi 24 juin 2015

à 18 h 30

 

L’Autre Rive vous invite à une rencontre avec les membres du collectif Hiatus, joyeusement actif, et à la présentation de sa revue, née en Lorraine en 2012.

Le numéro 4 est paru cette année :

hiatus4.jpg

Deux volets sur Peuples et Nations : « La tête en l’air » et « Les pieds sur terre », plus un dossier central : « Le Voyage ». Revue de 48 pages, format A4, à double entrée, impression offset sur papier recyclé Cyclus, brochures piquées omega, bichromie.

Rencontre en ethnopoétique

En partenariat avec l’ Association lorraine

des Professeurs de langues anciennes  (ALPLA),

l’Autre Rive reçoit

CLAUDE CALAME

clcalame.jpg

jeudi 18 juin 2015

à 18 h 30

pour son dernier livremythologie_grecque.jpg

Qu’est-ce que la mythologie grecque ? (paru directement au format de poche, dans la collection Folio-Essais, Gallimard, 2015)

 

Claude Calame y démontre que rien n’est plus variable, plus plastique, qu’un récit héroïque grec. Tout « mythe » grec est sans cesse reformulé, parce que chacune de ses versions est destinée à agir dans une conjoncture historique et culturelle bien précise. On ne saurait donc dissocier un récit des formes que prend sa narration (chant rituel, discours, scène peinte sur un vase…) ni des fonctions assignées à cette narration (dans un contexte politique ou cultuel, par exemple). Tout mythe relève du fictionnel plutôt que du fictif, c’est-à-dire qu’il résulte du « modelage » d’actions héritées d’un temps archaïque mais dont la valeur de vérité historique n’est pas fondamentalement remise en cause. Pour un Grec, les muthoi n’étaient pas des fables, et le muthos n’était pas le contraire du logos.

En portant un regard neuf sur Déméter, sur Bellérophon, sur Oreste, sur Hélène, sur Thésée ou sur Héraclès, Claude Calame nous propose « quelques éléments d’une mythologie grecque entendue non pas à notre usage, mais saisie autant que possible dans ses emplois indigènes ».

(Tous les mots grecs que l’auteur cite dans son livre sont transcrits en caractères latins.)

 

Helléniste, poéticien et anthropologue de renommée mondiale, Claude Calame est directeur d’études à l’École des hautes études en Sciences sociales (EHESS). Il a longtemps enseigné à l’université de Lausanne. Depuis un an, il tient un blog sur Mediapart.

Présentation de Panaït Istrati

panait-istrati.jpg

Vendredi 5 juin 2015

à 18 h 30

Soirée consacrée à Panaït Istrati (1884-1935), écrivain roumain de langue française,

en compagnie de Cédric Biagini, fondateur et directeur des éditions l’Échappée, et de Jacques Baujard, directeur de la collection « Lampe-tempête » aux éditions l’Échappée,

qui nous parleront de deux livres publiés par leurs soins :

Panaït Istrati : un chardon déraciné, de Monique Jutrin ;

Présentation des haïdoucs, de Panaït Istrati.

panait_istrati_chardondéraciné.jpg    presentation_des_haidoucs.jpg

304 pages, novembre 2014.  20 euros               160 pages, novembre 2014.  14 euros

 

Jacques Baujard dirige aussi la librairie Quilombo (Paris XIe), qui rend compte de l’actualité militante et promeut l’activité contre-culturelle. Il est l’auteur de Panaït Istrati, l’amitié vagabonde, aux éditions Transboréal (à paraître en septembre 2015).

Outre ses activités d’éditeur, Cédric Biagini écrit dans les journaux La Décroissance et Offensive. Il est coauteur de La Tyrannie technologique : critique de la société numérique (l’Échappée, 2007) ; et auteur de L’Emprise numérique : comment Internet et les nouvelles technologies ont colonisé nos vies (l’Échappée, 2012).