Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 15 janvier 2014

Rencontre avec le révolutionnaire

Eric  Hazan

Hazan.jpg

jeudi 23 janvier 2014

à 18 h 30

 

Un jour, Eric Hazan a décidé de quitter une carrière prometteuse de chirurgien du cœur, de planter là son métier, pour s’en aller opérer dans les camps de réfugiés palestiniens. Plus tard, en 1998, considérant que les livres, dont il ne pouvait se passer, sont aussi des armes, il crée sa maison d’édition : La Fabrique.

 

« Artisanale », mais drôlement remuante, sa petite boutique publie les écrits de la gauche radicale d’hier et d’aujourd’hui, d’ici et d’ailleurs.

 

En ce mois de janvier 2014, la Fabrique fête ses quinze ans d’existence, le bel âge pour une maison qui a choisi de ne publier qu’une douzaine de titres par an. Ces petits livres, à la couverture sobre et élégante, proposent des textes anciens devenus introuvables, de Marx et de Lénine, d’Hugo et de Blanqui, de Robespierre et de Saint-Just, mais aussi des essais de théoriciens engagés de notre temps : Jacques Rancière, Alain Badiou, Daniel Bensaïd, Frédéric Lordon…

 

Premières mesures révolutionnaires est le livre le plus récent d’Eric Hazan, écrit en collaboration avec Kamo. Ce livre nous invite à penser l’insurrection qui vient – et à préparer ce qui devra se passer après.

 

Le précédent ouvrage d’Eric Hazan était consacré à la Révolution française (Une histoire de la Révolution française, La Fabrique, 2012). À présent, Eric Hazan examine les manières dont se diffuse l’idée révolutionnaire aujourd’hui. Qu’est-ce que l’insurrection ? Comment se propage une onde révolutionnaire ? Que fera-t-on de l’effondrement mondial de l’économie et du capitalisme ? Il existerait même déjà, de par le monde, quelques exemples d’insurrection réussie.

 

 

hazan prem mesures.gif

Extrait de la page 43 :

 

« Plutôt que d’imaginer une somme de richesses fixes à se partager selon les règles bien connues de la plus grande convoitise, de reprendre le fantasme bourgeois où tout le 9-3 viendrait squatter les immeubles du XVIe arrondissement, mieux vaut penser ce qui se passerait si l’on donnait aux maçons, aux couvreurs, aux peintres du 9-3 les moyens de bâtir à leur façon, en suivant les désirs des habitants. En quelques années, la discussion entre voisins remplaçant l’hypocrite code de l’urbanisme, le 9-3 serait un chef-d’œuvre architectural que l’on viendrait visiter de partout, comme il en est du Palais du facteur Cheval. »

 

 

Eric Hazan est aussi l’auteur de L’invention de Paris, paru en 2002 dans la collection Fiction & Cie aux éditions du Seuil, également disponible en format de poche. Depuis 2012, il existe de ce texte une édition enrichie de nombreuses illustrations légendées (photographies, gravures, peintures, plans) et augmentée d’un index, sous la forme d’un beau livre relié sous jaquette (au Seuil, 45 €).

jeudi, 09 janvier 2014

L’Autre Rive accueille…

 

Régis Lejonc

 

lejonc.jpg

jeudi 16 janvier 2014

à 18 h 30

 

 

Régis Lejonc a illustré plusieurs dizaines d’albums pour enfants, écrits par des auteurs d’aujourd’hui.

 

Il lui est arrivé de concevoir des livres de A à Z (dont quelques abécédaires !) et d’écrire lui-même des textes destinés à être illustrés par d’autres.

 

Il a aussi été directeur artistique, pour le compte des éditions du Rouergue et des éditions l’Édune.

 

Nous aurons plaisir à dialoguer avec cet artiste protéiforme. En tant qu’illustrateur, c’est un virtuose du dessin et de la couleur, qui aime à passer d’une technique plastique à l’autre, en fonction de la tonalité du récit. En tant qu’auteur-illustrateur, c’est un constructeur qui multiplie les styles et les formes, associe le réalisme pictural le plus maîtrisé à la fantaisie débridée, en recourant parfois au collage et au pastiche.

 

 

Albums de Régis Lejonc parus en 2013 : Le bestiaire fabuleux (sur des textes de Maxime Derouen, aux éditions Gautier-Languereau) ; L’arbre de paix (sur un texte d’Anne Jonas, aux éditions Père Castor-Flammarion) ; Hansel et Gretel (avec le conte de Grimm, aux éditions Gautier-Languereau). Un album de 2004, alors paru au Rouergue, a été récemment réédité par Notari, dans un nouveau format : La mer et lui (sur un texte d’Henri Meunier).

 

 

 

 bestiaire fab couv.jpg

   mer et lui couv.gif                                                                      

   feu couv.gif                               

vendredi, 29 novembre 2013

Rencontre

auteur_66.gif

 

Léonor de Récondo

nous parlera de son roman

Pietra viva  (Sabine Wespieser éditeur, 2013)

 

jeudi 5 décembre

à 18 h 30

 

 

« Finir, polir, tout cela n’a plus d’importance. Ce qui compte, c’est ce lien nouveau entre son esprit et la matière, entre ceux qui grouillent en lui et la pierre. […] Son esprit humain doit céder à la volonté minérale. Il ne matera plus la foule qui peuple son imagination. »

 

 

Michel-Ange a été chargé par le pape Jules II de créer un groupe de statues destinées à orner le futur tombeau de celui-ci au sein de la basilique Saint-Pierre. Le sculpteur, déjà illustre, part choisir ses marbres à Carrare, où il reste plusieurs mois. Après ce séjour, Michel-Ange ne pourra plus sculpter comme avant : désormais, il laissera inachevées certaines de ses œuvres, peut-être pour faire sentir aux spectateurs l’âpreté de la lutte que se livrent, au cœur de la matière, la forme et l’informe, le chaos et le cosmos. Par les moyens du roman, Léonor de Récondo s’empare de ce moment de crise intérieure qu’a traversé l’artiste et nous entraîne à Carrare, en 1505, aux côtés des tailleurs de pierre. 

Pietra_viva.jpg

 

Le précédent roman de Léonor de Récondo, Rêves oubliés, paru en 2012 aux éditions Sabine Wespieser, vient d’être réédité dans la collection Points.

samedi, 23 novembre 2013

Rencontre-dédicaces

 

En partenariat avec le Centre culturel André Malraux et l’Institut Goethe,

dans le cadre du « Cycle Berlin » (29 novembre-7 décembre),

l’Autre Rive vous propose une rencontre avec

B e r n a r d     P l o s s u

Bernard-Plossu-autoportrait1.jpg

 

vendredi 29 novembre 2013

à 17 h.

 

Il sera accompagné de  Philippe  Schweyer,

fondateur des éditions Médiapop,

 

à l’occasion de la publication de

Berlin 2005

plossu_berlin.jpg 

Médiapop éditions, 2013. Photographies de Bernard Plossu, suivies d’une conversation entre Isabelle Bourgeois et Bernard Plossu.

 

Avec un essai de Jean-Christophe Bailly.

vendredi, 15 novembre 2013

Rencontre et séance de dédicaces

Que vous soyez des fidèles du rayon littérature ou du rayon jeunesse,

ou encore de notre rayon « arts graphiques »,

venez rencontrer

 

 

kcouprie.jpgKaty Couprie

 

mercredi 20 novembre 2013

à 18 h.

 

Elle nous parlera de sa plus récente

expérience d’illustratrice :

un exercice de collaboration

avec Marguerite Duras.

 

 

Il existe un livre pour enfants écrit par Marguerite Duras. Ce livre s’intitule Ah ! Ernesto, et son héros est un garçon de sept ans qui rentre de l’école en annonçant à ses parents qu’il n’y retournera pas, parce qu’il refuse qu’on lui enseigne des choses qu’il ne sait pas.

 

        En 1971, le texte de Duras est illustré par Bernard Bonhomme et devient un album édité par Harlin Quist / Ruy-Vidal. Il est introuvable depuis des décennies.

        Ce mois-ci, les éditions Thierry Magnier donnent à ce livre ernesto.jpgune seconde vie, en lui offrant une nouvelle mise en pages, et en le faisant dialoguer avec de nouvelles images.

 

 

Cet album nous sera présenté par Katy Couprie

le jour de sa parution.

 

Simultanément, les éditions Thierry Magnier publient un essai bien illustré qui retrace la genèse de l’album de 1971 et celle de l’album de 2013.

 

  

 

Katy Couprie a réalisé, seule ou en collaboration, de nombreux albums.

Le précédent, Dictionnaire fou du corps, paru aux éditions Thierry Magnier en 2012,

a été honoré en 2013 par le Prix du livre OVNI.