Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 24 mai 2011

Qu'est-ce que le sentiment géographique ?

 

Cités en abîme

 

 Antonin Potoski 

 

éd. Gallimard

 

imagesCA261R2R.jpg

 

 

jeudi 26 mai 2011 à 18 h 30

 

Antonin Potoski à l’Autre Rive, quoi de plus naturel, lui qui voyage sans cesse d’une rive à l’autre, entendez : d’un continent à l’autre, d’une culture à l’autre. Est-ce pour cela qu’il est devenu écrivain ? Pour dire dans une langue limpide, musicale et poétique son amour de l’Autre et son refus des clichés exotiques, qu’il traque aussi fermement que la suffisance occidentale des touristes « humanitaires » ou « éthiques »… Cités en abîme s’inscrit dans une toute nouvelle collection des éditions Gallimard : « Le Sentiment géographique ».

 

 

 

imagesCALUH16S.jpg

 

Né en 1974 à Nancy, Antonin Potoski est diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure de Photographie. Il a déjà publié trois livres inspirés de ses nombreux voyages, aux éditions P.O.L.

 

 

 

mercredi, 11 mai 2011

Lolo, Lucie, Lulu et les Super Super :

Nous vous invitons à passer un après-midi en compagnie de

 

 

 

Lucie Durbiano

 

et

 

Laurence Gillot

 

 

DSCF4389_2[1].JPG


 

 

mercredi 18 mai 2011

de 15h à 18h30

 

On ne présente plus Laurence Gillot, reine de l'humour et de la fantaisie, qui fait rire petits et grands et parfois les émeut. On se réjouit de l'accueillir à la librairie avec sa fidèle illustratrice, Lucie Durbiano, qui est aussi l'auteur de quatre albums de bande dessinée destinés à un public adolescent et adulte, parus chez Gallimard dans la collection Bayou. L'écriture limpide de l'une et la ligne claire de l'autre contribuent à faire passer en douceur tout ce qui se cache derrière cette belle simplicité.

 

 

Les Super Super, n° 1 : Semeurs d’énigme, éd. Bayard (BD-Kids) 

 

Le cœur sur la main, impétueux, gaffeurs impénitents, Juju et Aglaé s’improvisent justiciers du bien. D'abord parue dans Astrapi, cette BD met en scène avec humour des redresseurs de torts en culottes courtes.

 

 

Lulu-Grenadine se fâche avec sa meilleure amie, éd. Nathan

 

Lulu et Lou sont inséparables mais parfois des sautes d’humeur viennent troubler leur bonne entente…

 

 

mardi, 10 mai 2011

Répondre de sa parole, Daniel Lemler

La librairie L’Autre Rive

et l’association Transversales

 

vous invitent à une rencontre avec le psychanalyste

DANIEL LEMLER

 

vendredi 13 mai

à 20 h 30

 

pour son livre Répondre de sa parole : l’engagement du psychanalyste (éditions Érès, collection « Hypothèses », 2011), préfacé par d’Élisabeth Roudinesco.

 

Jusqu’ici connu pour ses articles et pour son travail d’éditeur au service de l’œuvre de Lucien Israël, ainsi que pour son enseignement à l’université de Strasbourg, Daniel Lemler.jpgle psychanalyste Daniel Lemler vient de publier Répondre de sa parole, essai dans lequel sont décrits les progrès d’une forme de déshumanisation qui est à l’œuvre dans notre société, et qui se traduit par le développement d’une médecine « d’organes », purement biotechnologique.

 

« Qu’est-ce qui fait que nous sommes des êtres humains ? » demande Daniel Lemler. « Est-ce la station debout, le pouce en opposition, le rire, ce propre de l’homme ? Non, ce qui fait de nous des êtres humains, c’est radicalement la parole. Et la parole n’est pas le langage. […] Le langage est, du point de vue de la psychanalyse, la condition même de l’inconscient. Il est l’outil qui nous permet de dire notre parole singulière, garante de notre existence. »

Qu’est-ce donc que cette « parole singulière » ? En quoi consiste son pouvoir thérapeutique et curatif ? Avec une clarté exemplaire, Daniel Lemler nous réexplique la psychanalyse, remontant aux années où Freud a commencé à se pencher sur l’hystérie.

Les liens entre la médecine (psychiatrique, générale) et la psychanalyse, le rôle de la parole dans le traitement du symptôme, mais aussi la différence fondamentale entre Freud et Lacan : ce sont quelques-unes des questions que Daniel Lemler aborde, avec beaucoup de fraîcheur et un remarquable talent pédagogique, dans cet essai illustré par quelques anecdotes autobiographiques et par de nombreux résumés de cures.

mercredi, 04 mai 2011

Rencontre avec un jeune éditeur

 

ALEXANDRE LAUMONIER 

 

vendredi 6 mai 2011 à 18 h 30

 

« Fruit d’un collectif, de l’auteur aux libraires en passant par les typographes, traducteurs, imprimeurs, etc., le livre a encore de beaux jours devant lui, pour autant que sa réalisation soit soignée et sa parole nécessaire. »

 

 Cette profession de foi, à laquelle nous applaudissons sans réserve, est celle du Nancéien Alexandre Laumonier, créateur à Bruxelles de la maison d’édition ZONES SENSIBLES. Ce partisan et militant du « livre-échange » a choisi, pour inaugurer ses activités, de publier un essai de l’historien

 

Adrian Johns

 

La mort d’un pirate : La société d’information à l’épreuve des ondes

 

La mort d'un pirate ZONES SENSIBLES.jpg

 

 

 

En 1966, le meurtre du patron de Radio City par son rival de Radio Atlanta (ces deux stations installées en pleine mer, au large des côtes britanniques, émettent de la musique pop, du jazz et de la publicité sans égard pour le monopole que détient la BBC) est l’événement par lequel s’ouvre le livre passionnant qu’Adrian Johns consacre à la culture de masse et au phénomène de la piraterie intellectuelle.

 

Alexandre Laumonier présentera ce livre et nous parlera de ses futures publications. Il développera pour nous sa conception de l’édition à l’heure d’Internet et de la culture numérique.

 

mardi, 03 mai 2011

Conte et dédicaces…

Guy-Ernest Kaho, auteur-comédien béninois, et Karine Maincent, illustratrice nancéienne, se sont rencontrés en 2007 alors qu'elle travaillait comme graphiste au Centre culturel français de Cotonou.

C’est ensemble qu’ils ont réalisé Petit Pays, ce conte pour enfants qui évoque l’univers poétique d’un Bénin devenu une petite île. Le livre a été réalisé dans le cadre de l'exposition Bénin, 2059 à la Fondation Zinsou (fondation d'Art contemporain à Cotonou) en septembre 2008.

 
Durant quatre mois, le livre a voyagé avec ses auteurs à travers le réseau des médiathèques de Lorraine et au sein des écoles, grâce à des ateliers d'illustration et à des animations « conte ».

 

 

couv-PetitPays.jpg


Afin de clôturer en beauté cette tournée,

 Karine Maincent et Guy-Ernest Kaho vous convient à un après-midi de

 

Contes et dédicaces au rayon jeunesse de l’Autre Rive 
 
 

 

1.jpg

 

 


  mercredi 4 mai 2011 à 16 h