Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 12 janvier 2009

La Saison des mûres de Plly Horvath

saisonmures.gifRoman foisonnant où l'on découvre deux sœurs jumelles âgées de 91 ans, Tilly et Penpen, vivant au fond d'une forêt pleine de mûres et d'ours sauvages et où l'on fait connaissance avec deux jeunes adolescentes arrivées bien malgré elles en ce lieu. L'improbable préside à la destinée de ces quatre personnages et si le pire rôde c'est rarement lui qui l'emporte. Fantaisie, humour noir, joie de vivre visitent ce roman grâce à ces deux vieilles demoiselles pourtant bien fatiguées mais toujours inspirées par les lois de l'hospitalité et le goût du risque.

Claude

La Saison des mûres de Plly Horvath, Ecole des loisirs, neuf, 11€

Liberté nounours de Christian Bruel et Anne Bozellec,

libertenounours.gifAu fil des pages et en noir et blanc un ours en peluche, vu à travers le regard d’un enfant, accomplit tout ce que l'enfant n’ose faire ou ne peut dire. L’écart entre le dire et le faire magistralement habité par les images offre au lecteur un espace de douce songerie et on aborde là où les albums devraient nous emmener plus souvent, au cœur de notre imaginaire.

Claude

 

 

 

 

 

 

Liberté nounours de Christian Bruel et Anne Bozellec, Etre, 12.50€


Le livre des terres imaginées de Guillaume Duprat

livreterresimaginees.jpgLa Terre de Christophe Colomb n’était pas la même que celle de Léonard de Vinci… Pour le comprendre, voici un inventaire thématique des représentations préscientifiques et scientifiques que les peuples (ou seulement certains individus au sein de chaque peuple) se sont faites de la forme de la Terre au cours des millénaires. Ces représentations sont non seulement décrites par des phrases, dans une langue claire et élégante, mais traduites par d’ingénieuses illustrations, réalisées par le même auteur, qui rapprochent ce documentaire d’un livre animé, puisqu’elles s’enrichissent de volets à soulever. Si les coloris manquent un peu de relief et d’éclat, ces illustrations matérialisent les descriptions, donnent corps à des mythes qu’on n’avait jamais vus ainsi rassemblés ni représentés sous une forme aussi expressive.

Pour jeunes lecteurs à partir de huit ans, mais aussi pour adultes à l’affût d’une présentation synthétique et documentée des théories cosmogoniques qui ont accompagné l’exploration de la planète et le progrès scientifique des hommes.

Jean-Michel



Le livre des terres imaginées de Guillaume Duprat, Seuil, 20€

Catalogue de parents pour les enfants qui veulent en changer de Claude Ponti

cataloguedeparentspour.gifLe feuilletage de ce grand album s’opère sous les auspices des surprises attendues et se structure par la question posée d’entrée de jeu par Catalogue «  Tes parents sont lourds, fatiguants, avares, collants, velus, piquants, barbus, casse-pieds, glissants ?   Change ! » Le risque est pris de déranger, de parler de ce qui est parfois douloureux, mais les adjectifs choisis renvoient autant à la réalité des enfants qu’à l’imaginaire collectif. Chaque présentation de parents à choisir recèle pour le  lecteur une image de ses propres parents tout en  l’emmenant du côté de ceux des contes de fées. Un album à partager entre petits enfants d'aujourdhui et  grands enfants d'hier ou d'avant hier pour se souvenir et pour rire ensemble.

 

Claude

 

Catalogue de parents pour les enfants qui veulent en changer de Claude Ponti, Ecole des loisirs, 21.50€


Mao et moi : Le petit garde rouge de Chen Jiang Hong

maoetmoipetitgarde.jpgLe sage conseil que le grand-père a donné à l’auteur enfant (« C’est en continuant que tu trouveras de nouvelles idées. Cherche encore ! ») a été entendu : les illustrations que nous avons sous les yeux en sont la preuve.

À travers le récit de son enfance pendant les années 1966-1976, par l’évocation de la vie de sa famille dans un petit appartement où trois générations habitent sous le même toit, « dans une grande ville du nord de la Chine », Chen Jiang Hong nous raconte la « révolution culturelle », restituant cette époque tragique telle qu’il la voyait, et les répercussions de la politique intérieure chinoise sur sa vie d’enfant et sur celle de sa famille, de ses voisins. Les scènes observées dans la rue alternent avec les scènes vécues dans l’appartement.

Sur chaque page, plusieurs images inspirées de la peinture chinoise traditionnelle sont accompagnées de quelques lignes de texte. Trait à l’encre noire avec des variations d’épaisseur, ombres grises, couleurs sourdes. La seule couleur vive est le rouge, omniprésente dans les scènes de groupe. Ce récit autobiographique, sobre et plein de finesse, par lequel Chen Jiang Hong explique indirectement le totalitarisme aux enfants, est écrit dans une langue très simple, accessible à des enfants de huit-neuf ans mais qu’il faudra relire après avoir grandi, pour mesurer l’écart entre ce qu’une première lecture « naïve » avait permis de comprendre et ce qui se laisse deviner entre les lignes. La simplicité volontaire des textes est là pour inciter à la contemplation attentive des images.

Jean-Michel

Mao et moi : Le petit garde rouge de Chen Jiang Hong, École des loisirs, 24.50€