Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 16 novembre 2018

Rencontre

avec

Dominique Chipot
et Bruno Doucey

mercredi 21 novembre 2018  à  18 h 30

à l’occasion de la parution de l’anthologie poétique
Je ne peux le croire : Fukushima Nagasaki Hiroshima, haïkus & tankas.

Dominique-Chipot_web©Philippe-Barnoud.jpg

    

 Bruno-Doucey-20152-©-Murielle-Szac.jpg

 

 

 

 

 

 

Photographies©Philippe Barnoud, Murielle Szac

nepeuxlecroire.jpg

 

« En mars 2011, un séisme frappe le Japon, entraînant l’accident nucléaire de Fukushima. Pour le monde entier, l’histoire paraît alors se répéter. Chacun songe aux deux bombes atomiques qui ont été larguées sur Hiroshima et Nagasaki en août 1945 […]. Mais que sait-on des poètes japonais qui écrivirent ces tragédies en lettres de cendre ? Près de cent vingt poètes répondent à cette interrogation, parmi lesquels Matsuo Atsuyuki, un des rescapés de Nagasaki, dont les haïkus ont bouleversé le Japon, ou Oyama Takami, figure majeure du tanka, qui s’éleva toute sa vie contre l’armement nucléaire. Poètes d’un jour ou écrivains confirmés, victimes ou simples témoins des désastres qui ont endeuillé leur pays, ces poètes japonais se frayent chemin parmi les décombres. » (Présentation de l’éditeur.)

 

Je ne peux le croire : Fukushima Nagasaki Hiroshima, haïkus & tankas ; anthologie établie par Dominique Chipot, préface d’Ysabelle Lacamp ; éditions Bruno Doucey, novembre 2018.

 

Dominique Chipot est un Lorrain spécialiste du haïku. Il se consacre principalement à l’étude et à l’enseignement de cette forme poétique brève et fulgurante, qui fut inventée au Japon au XVIIe siècle. Dans ce but, il organise des conférences, anime des ateliers d’écriture et rédige le mensuel Ploc ¡ la lettre du haïku. Par ailleurs, il écrit des poèmes et traduit des poètes. Aux éditions Bruno Doucey, il a publié en 2013 une anthologie des haïkus français de la guerre de 14-18 : En pleine figure.

Bruno Doucey a conçu diverses anthologies de poésie et a écrit sur l’enseignement de la poésie. Il a publié des récits et surtout des poèmes. Il a dirigé les éditions Seghers pendant huit ans, avant de créer, en 2010, la maison d’édition qui porte son nom.

samedi, 03 novembre 2018

Rencontre avec le poète

Franck Doyen

vendredi 9 novembre 2018

à 18 h 30

pour la sortie de Mocha (éditions la Lettre volée, 2018).

 

doyen_mocha.jpgDeux ans après Collines, ratures, recueil qui était déjà paru à l’enseigne de la Lettre volée, Franck Doyen nous revient avec Mocha.

Le poète dérive sur les océans, puis aborde sur l’île Mocha, située au large des côtes chiliennes. Cette île a longtemps été peuplée par une communauté mapuche, et reste connue des amateurs de littérature pour avoir accueilli dans ses eaux le cachalot blanc « Mocha Dick », qui échappa à la férocité de bien des harponneurs… Mais cette suite de poèmes en prose est aussi une plongée dans les abysses du langage.

 

 

 

Extrait :

« vous planté, exorbité, yeux rivés à la surface sombre, guettant le moindre remous, la moindre fêlure de l’étendue plate des eaux, cliquetis,
« et la surface brune se brise sans un bruit, long souffle d’eau montant aux cieux, le dos rocailleux et blanc fracture votre entendement, un dos fripé, luisant, aux cicatrices circulaires et saillantes, stigmates de chasses sans pitié, cartographie des grands fonds, si basse la ligne d’horizon déborde d’un coup, une bête vous frôle »

jeudi, 14 juin 2018

Rencontre avec

frédéric_brun.jpgMarco Martella
et
Frédéric Brun

vendredi 22 juin 2018
à 18 h 30

Frédéric Brun est l’auteur de trois romans publiés chez Stock : Perla (2007), prix Goncourt du premier roman, Le Roman de Jean (2008) et Une prière pour Nacha (2010), prix de l’association Écritures et Spiritualités. Son quatrième livre, Novalis et l’âme poétique du monde, qui paraît en 2015, témoigne de son intérêt pour le romantisme allemand – mais aussi pour le métier d’éditeur, car cet essai biographique est le premier livre publié par la maison qu’il fonde alors, les éditions Poesis. 

marco_martella.jpgMarco Martella est jardinier, membre de l’Institut européen des jardins et paysages, et écrivain. En 2009, il a créé la revue Jardins, publication qui se propose d’explorer la notion de jardin sous un angle existentiel, philosophique et poétique. Il est également le traducteur (ou l’auteur ?…) d’un essai sur l’art des jardins, Le Jardin perdu (sous la signature de Jorn de Précy, éditions Actes Sud, 2011), et d’un récit fait par un jeune poète fuyant Sarajevo et découvrant des jardins secrets et méconnus, Jardins en temps de guerre (sous la signature de Teodor Cerić, Actes Sud, 2014).
    En 2018, aux éditions Poesis, Marco Martella publie Un petit monde, un monde parfait. « Au fil des pages, on se promène dans des jardins célèbres […], mais aussi dans des enclos verdoyants plus intimistes et cachés. Par l’évocation de ces lieux et de poètes qui, comme Philippe Jaccottet, Chateaubriand, Hermann Hesse ou Vita Sackville-West, ont exploré la question du paysage et le rapport entre la poésie et la nature, cet ouvrage propose une réflexion sur la place que le jardin occupe dans la modernité. » (Quatrième de couverture.)

Créées au printemps 2015, les éditions POESIS publient des écrivains qui se sont efforcés de vivre poétiquement, c’est-à-dire de penser ou d’incarner la possibilité d’une relation poétique avec le monde. En même temps que Novalis et l'âme poétique du monde, les éditions Poesis faisaient paraître en 2015 un florilège de textes de Novalis : Poésie, réel absolu, fragments traduits par Laurent Margantin. En 2016 est paru Habiter poétiquement le monde : anthologie manifeste. Ce volume, qui nous rappelle que les poètes ont lié l’esprit de poésie au souci de la nature, voire à un désir d’écologie, réunit des extraits de plus d’une centaine de poètes et de prosateurs, qui vont d’Hölderlin à Pierre Rabhi. Et en cette année 2018, en même temps que l’essai de Marco Martella, les éditions Poesis publient un petit livre de Christian Bobin : Le Plâtrier siffleur.

samedi, 26 mai 2018

Le devenir du poème

L’ Autre Rive, en partenariat avec le festival POEMA, et dans le cadre des « périphéries » du Marché de la Poésie, vous propose de rencontrer :

________

Vendredi 1er juin 2018  à  14 h 30

Pierre Soletti

pour une lecture-spectacle destinée aux enfants
dans notre rayon jeunesse

________

Pierre Soletti est l’auteur d’un grand nombre de recueils de poèmes, parus chez différents éditeurs : J’aime (Motus, 2013) ; Le silence, ses rebords (la Passe du Vent, 2017) ; Je dirais que j’ai raté le train (les Carnets du Dessert de Lune, 2012) ; Auguste ne sait plus grand-chose du monde (Écrits des Forges, 2017) ; Poste restante (Maelström, 2015) ; Je travaille pas (Centre de Créations pour l’enfance de Tinqueux, 2015) ; Il n’est pas nécessaire (Color Gang, 2018)… Pierre Soletti dirige, pour le Centre de Créations pour l’enfance de Tinqueux, la collection « Petit VA! ». Comme l’indique son surnom de « poète agité », il développe une poésie animée, fondée sur la fausse naïveté et les surprises langagières, et malmenant la langue. Il n’hésite pas à juxtaposer des mots, des dessins et des collages graphiques.

___

________

Vendredi 1er juin 2018  à  18 h 30

Anne Kawala  et  Jean-Louis Giovannoni

________

Anne Kawala a publié plusieurs récits et recueils de poèmes, chez divers éditeurs : Le cow-boy et le poète (chevauchépris) : partition pour deux interprètes (éditions de l’Attente, 2011) ; Part & (éditions Joca seria) ; Le déficit indispensable : screwball (éditions Al Dante, 2016) ; Au cœur du cœur de l’écrin (éditions LansKine, 2017)… Formée aux Beaux-Arts, Anne Kawala procède par montage, mêle différentes langues et joue sur les typographies. Dans ses performances, elle associe la parole, les gestes chorégraphiés et les arts visuels.

Jean-Louis Giovannoni écrit des livres de poésie et des récits. Derniers titres parus : Issue de retour (poèmes, éditions Unes, 2013) ; Sous le seuil : récit (éditions Unes, 2016) ; et la réédition de ses deux premiers recueils, augmentés de textes inédits : Les mots sont des vêtements endormis (éditions Unes, 2014), Garder le mort (éditions Unes, 2017). Jean-Louis Giovannoni a exercé le métier d’assistant social pendant près de quarante ans. L’évocation minutieuse du réel et le sens du détail coexistent chez lui avec un goût irrépressible pour le dérapage.

___

________

Samedi 2 juin 2018  à  18 h 30

Marie Huot  et  Christophe Manon

________

Marie Huot, fidèle à l’idée que ses livres sont des boîtes pour les voix perdues, des refuges contre l’oubli, est l’auteur d’une vingtaine de recueils de poèmes, parus chez différents éditeurs. Les deux plus récents sont Osselets & mots sur la table (éditions Jacques Brémond, 2014) et Ma maison de Geronimo (éditions Al Manar, 2017).

Christophe Manon a publié une vingtaine de livres, s’efforçant de situer son écriture au point de convergence de la pensée, de la lutte politique et du chant. Sont parus dernièrement un roman, Extrêmes et lumineux (éditions Verdier, 2015), et trois livres de poésie : Au nord du futur (éditions Nous, 2016), Jours redoutables (les Inaperçus, 2017), Vie & opinions de Gottfried Gröll (Dernier Télégramme, 2017).

poema2018.jpg*

POEMA, festival conventionné par la Région Grand Est, est soutenu par le Centre national du Livre, la DRAC Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, la Direction interrégionale des Services pénitentiaires, les Conseils départementaux de Meurthe-et-Moselle, de Meuse et des Vosges, la Ville de Nancy, la Ville de Metz, la Sofia-Action culturelle, le Crédit Mutuel Enseignant. Une demande d’aide financière a été déposée auprès de la fondation Jan Michalski (Suisse).

Équipe de coordination : Sandrine Gironde et Franck Doyen.

mardi, 22 mai 2018

Rencontre

La librairie l’Autre Rive vous invite à rencontrer

 

Geneviève Brisac

mardi 29 mai 2018

à 18 h 30

 

pour son livre Le Chagrin d’aimer, paru aux éditions Grasset.

 

Elle s’entretiendra avec Matthieu Rémy.

 

brisac-chagrin.jpeg

« […] Je suis donc partie sur les traces d’une petite fille grecque et arménienne et de sa mère, danseuse orientale et apatride, à Paris dans les années 20.
« Ma mère ne voulait rien savoir de son passé. Il a fallu que j’enquête et que je l’invente. Que je trouve les mots pour la retrouver. C’est ce livre, Le chagrin d’aimer.
« Je suis passée par la cour du roi de Grèce et par les collines de Fiesole. Par un atelier d’écriture, une maison de retraite, plusieurs voitures, un supermarché, des quantités de paquets de gauloises, une machine à écrire. Autant de circonstances, par-delà les guerres, les destructions, les irrémédiables pertes, où ma mère se battait avec ce qui fait la vie ordinaire : la nourriture, l’argent, le travail, l’amour. »
 
(Geneviève Brisac, quatrième de
couverture du Chagrin d’aimer.)
 
 
La venue de Geneviève Brisac à l’Autre Rive aura lieu juste après la clôture du colloque international « Ce que Mai 68 a fait à la littérature », dirigé par Matthieu Rémy et Nelly Wolf, et organisé les 28 et 29 mai 2018 à l’université de Lorraine (site de Nancy, campus Lettres et Sciences humaines). Geneviève Brisac y aura fait une communication sur Christiane Rochefort.

samedi, 13 mai 2017

Poètes d’aujourd’hui

L’ Autre Rive, partenaire du festival POEMA et des « périphéries » du Marché de la Poésie, vous propose de rencontrer :

________

Vendredi 19 mai 2017  à  18 h 30

Laura Vazquez  et  Jacques Ancet

________

Laura Vazquez (auteur de La Main de la main, aux éditions Cheyne, et de Oui, aux éditions Plaine Page) dialoguera avec Jacques Ancet (auteur de nombreux recueils de poèmes, parus aux éditions Érès, Æncrages & Co, Lettres Vives, Caractères, l’Idée Bleue, Tarabuste, Arfuyen et quelques autres). Jacques Ancet et Laura Vazquez sont aussi traducteurs de littérature espagnole et sud-américaine. Deux générations d’écriture, un même engagement au service de la poésie.

___

________

Samedi 20 mai 2017  à  16 h

David  Dumortier

 

pour une lecture-spectacle destinée aux enfants

dans notre rayon jeunesse.

________

David Dumortier vient de publier 52 petits mensonges et autres vérités (illustré par Évelyne Mary). Il est l’auteur de plus de vingt livres, publiés par Rue du Monde, Cheyne, Motus et le Dilettante.

___

________

Samedi 20 mai 2017  à  18 h 30

O l i v i e r  B r u n

fondateur et directeur des éditions LA DRAGONNE,

Édith Azam  et  Antoine Mouton

poètes

________

En présence d’Olivier Brun et de deux de ses auteurs, nous fêterons les vingt ans de LA DRAGONNE.

Les derniers livres d’Édith Azam, Caméra et On sait l’autre, sont parus aux éditions P.O.L. Elle a publié aux éditions la Dragonne, en 2013, Vous l’appellerez : Rivière (avec des peintures d’Elice Meng).

Antoine Mouton a fait paraître Le Metteur en scène polonais (éditions Christian Bourgois) et Chômage monstre (éditions de la Contre Allée). Il a publié aux éditions la Dragonne, en 2011, Où vont ceux qui s’en vont ?, mélange de récits, de contes et de poèmes, associant fragments et collages.

*

POEMA, festival conventionné par la Région Grand Est pour la période 2016-2018, est soutenu par le Centre national du Livre, la DRAC Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, le Conseil départemental de Meurthe-et-Moselle, la Ville de Metz, la Ville de Nancy.

Équipe de coordination : Sandrine Gironde et Franck Doyen.

mercredi, 18 janvier 2017

POEMA à l’Autre Rive

L’ Autre Rive, partenaire du festival POEMA, Écritures Poétiques d’ Aujourd’hui, reçoit

RÉMI  CHECCHETTO

Rémi-Checchetto-©-Michel-Durigneux.gif

mardi 24 janvier 2017

à 18 h 30

________

Fils de mineur, Rémi Checchetto est né dans le Pays-Haut et y a longtemps vécu. Il est l’auteur de poèmes, de narrations inclassables mêlant prose et vers, et d’une dizaine de pièces de théâtre.

________

POEMA s’est associé à la Médiathèque de Meurthe-et-Moselle pour accueillir Rémi Checchetto en tant qu’écrivain en résidence dans notre département. Depuis décembre 2016 et jusqu’à la mi-avril 2017, Rémi Checchetto est présent quinze jours par mois en Meurthe-et-Moselle, afin de développer un projet d’écriture et de rencontrer les habitants.

mercredi, 13 avril 2016

Rencontre

jeudi 14 avril 2016

à 18 h 30

avec Roland Schön

auteur de L’Art de l’oblique (éditions de l’Œil).

La soirée sera animée par Philippe Sidre, directeur du théâtre Gérard-Philipe.

En partenariat avec le théâtre Gérard-Philipe de Frouard, dans le cadre du festival Geo Condé.

artoblique.jpg

Ce recueil de dessins et de textes évoque des sujets aussi divers que les arts primitifs, la commedia dell’arte ou l'expressionnisme. L’écrivain, plasticien et metteur en scène s’applique différents masques afin de transfigurer le réel.

mercredi, 02 mars 2016

POEMA à l’Autre Rive

L’ Autre Rive, partenaire du festival POEMA, Écritures Poétiques d’ Aujourd’hui, accueille

 

B e r n a r d  N o ë l

et

François Heusbourg

________ 

mercredi 9 mars 2016

à 18 h 30

________ 

Lecture de poèmes par Bernard Noël,

puis présentation par François Heusbourg des  éditions Unes,  qu’il dirige depuis 2013.

François Heusbourg est poète et traducteur de poésie.

Les éditions Unes, fondées en 1981, possèdent un catalogue exceptionnel dans le domaine de la poésie française et étrangère. Visitez leur site en suivant ce lien :

www.editionsunes.fr/

unes.JPG

samedi, 20 février 2016

Rencontre

avec

Michèle Audin

mercredi 24 février 2016 à 18 h 30

pour son roman

Mademoiselle Haas

(Éditions l’Arbalète/Gallimard, janvier 2016)

haas.jpg

Mademoiselle Haas est une et multiple, éclatée en plusieurs portraits de jeunes femmes dans le Paris des années trente, elle est ouvrière, journaliste, bonne, couturière, sage-femme, militante…
Insensiblement, le climat change, les tensions s’insinuent dans le quotidien et les petites histoires prennent leur place dans la grande.

Mademoiselle Haas, façon puzzle, c’est un regard plein d’empathie sur une époque et sur la condition féminine, un traitement sensible de l’histoire « avec sa grande hache », pour citer Georges Perec.


Michèle Audin est mathématicienne et membre de l’Oulipo. Elle a déjà publié Une vie brève (l’Arbalète/Gallimard, 2013) et Cent vingt et un jours (l’Arbalète/Gallimard, 2014).