Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2008-12 | Page d'accueil | 2009-02 »

vendredi, 16 janvier 2009

Bou et les 3 zours, Elsa Valentin et Ilya Green



greenbou.jpg

Bou, partie se promener en forêt, flâne de fleur en fleur et se perd. Petite brunette, cette nouvelle Boucle d’or ravit par son écriture inventive. L’auteur s’amuse à mêler toutes sortes de langues : wolof, créole cap-verdien, anglais, italien, mots-valises et langage parlé pour mettre en scène cette histoire connue. L’illustratrice, Ilya Green donne du peps au texte qui mérite d’être lu à voix haute.

 

Blandine

 

 

 

 

 

 

Bou et les 3 zours d'Elsa Valentin, Ilya Green, L’Atelier du Poisson Soluble, 15 €

lundi, 12 janvier 2009

Le loup qui voulait être un mouton de Mario Ramos

Lelouprevait.jpegLe petit loup rêve d’être un mouton car un mouton peut voler… Par un déguisement digne d’un loup, le voici qui s’approche du troupeau et s’envole entre les serres d’un aigle. Que le monde est beau vu de là-haut !! Il sera moins enthousiaste dans l’aire du volatile en comprenant le sort des moutons volants. Bien entendu ce débrouillard réussira à se tirer d’affaires après quelques péripéties. Mario Ramos raconte une histoire de rêve et de retour un peu brusque à la réalité. Petit loup est à présent certain d’être un loup, oui, mais un loup qui  a volé et c’est cela le plus formidable.

Blandine



Le loup  qui voulait être un mouton de Mario Ramos, Pastel, 12€



La Saison des mûres de Plly Horvath

saisonmures.gifRoman foisonnant où l'on découvre deux sœurs jumelles âgées de 91 ans, Tilly et Penpen, vivant au fond d'une forêt pleine de mûres et d'ours sauvages et où l'on fait connaissance avec deux jeunes adolescentes arrivées bien malgré elles en ce lieu. L'improbable préside à la destinée de ces quatre personnages et si le pire rôde c'est rarement lui qui l'emporte. Fantaisie, humour noir, joie de vivre visitent ce roman grâce à ces deux vieilles demoiselles pourtant bien fatiguées mais toujours inspirées par les lois de l'hospitalité et le goût du risque.

Claude

La Saison des mûres de Plly Horvath, Ecole des loisirs, neuf, 11€

Liberté nounours de Christian Bruel et Anne Bozellec,

libertenounours.gifAu fil des pages et en noir et blanc un ours en peluche, vu à travers le regard d’un enfant, accomplit tout ce que l'enfant n’ose faire ou ne peut dire. L’écart entre le dire et le faire magistralement habité par les images offre au lecteur un espace de douce songerie et on aborde là où les albums devraient nous emmener plus souvent, au cœur de notre imaginaire.

Claude

 

 

 

 

 

 

Liberté nounours de Christian Bruel et Anne Bozellec, Etre, 12.50€


Le livre des terres imaginées de Guillaume Duprat

livreterresimaginees.jpgLa Terre de Christophe Colomb n’était pas la même que celle de Léonard de Vinci… Pour le comprendre, voici un inventaire thématique des représentations préscientifiques et scientifiques que les peuples (ou seulement certains individus au sein de chaque peuple) se sont faites de la forme de la Terre au cours des millénaires. Ces représentations sont non seulement décrites par des phrases, dans une langue claire et élégante, mais traduites par d’ingénieuses illustrations, réalisées par le même auteur, qui rapprochent ce documentaire d’un livre animé, puisqu’elles s’enrichissent de volets à soulever. Si les coloris manquent un peu de relief et d’éclat, ces illustrations matérialisent les descriptions, donnent corps à des mythes qu’on n’avait jamais vus ainsi rassemblés ni représentés sous une forme aussi expressive.

Pour jeunes lecteurs à partir de huit ans, mais aussi pour adultes à l’affût d’une présentation synthétique et documentée des théories cosmogoniques qui ont accompagné l’exploration de la planète et le progrès scientifique des hommes.

Jean-Michel



Le livre des terres imaginées de Guillaume Duprat, Seuil, 20€

Catalogue de parents pour les enfants qui veulent en changer de Claude Ponti

cataloguedeparentspour.gifLe feuilletage de ce grand album s’opère sous les auspices des surprises attendues et se structure par la question posée d’entrée de jeu par Catalogue «  Tes parents sont lourds, fatiguants, avares, collants, velus, piquants, barbus, casse-pieds, glissants ?   Change ! » Le risque est pris de déranger, de parler de ce qui est parfois douloureux, mais les adjectifs choisis renvoient autant à la réalité des enfants qu’à l’imaginaire collectif. Chaque présentation de parents à choisir recèle pour le  lecteur une image de ses propres parents tout en  l’emmenant du côté de ceux des contes de fées. Un album à partager entre petits enfants d'aujourdhui et  grands enfants d'hier ou d'avant hier pour se souvenir et pour rire ensemble.

 

Claude

 

Catalogue de parents pour les enfants qui veulent en changer de Claude Ponti, Ecole des loisirs, 21.50€


Mao et moi : Le petit garde rouge de Chen Jiang Hong

maoetmoipetitgarde.jpgLe sage conseil que le grand-père a donné à l’auteur enfant (« C’est en continuant que tu trouveras de nouvelles idées. Cherche encore ! ») a été entendu : les illustrations que nous avons sous les yeux en sont la preuve.

À travers le récit de son enfance pendant les années 1966-1976, par l’évocation de la vie de sa famille dans un petit appartement où trois générations habitent sous le même toit, « dans une grande ville du nord de la Chine », Chen Jiang Hong nous raconte la « révolution culturelle », restituant cette époque tragique telle qu’il la voyait, et les répercussions de la politique intérieure chinoise sur sa vie d’enfant et sur celle de sa famille, de ses voisins. Les scènes observées dans la rue alternent avec les scènes vécues dans l’appartement.

Sur chaque page, plusieurs images inspirées de la peinture chinoise traditionnelle sont accompagnées de quelques lignes de texte. Trait à l’encre noire avec des variations d’épaisseur, ombres grises, couleurs sourdes. La seule couleur vive est le rouge, omniprésente dans les scènes de groupe. Ce récit autobiographique, sobre et plein de finesse, par lequel Chen Jiang Hong explique indirectement le totalitarisme aux enfants, est écrit dans une langue très simple, accessible à des enfants de huit-neuf ans mais qu’il faudra relire après avoir grandi, pour mesurer l’écart entre ce qu’une première lecture « naïve » avait permis de comprendre et ce qui se laisse deviner entre les lignes. La simplicité volontaire des textes est là pour inciter à la contemplation attentive des images.

Jean-Michel

Mao et moi : Le petit garde rouge de Chen Jiang Hong, École des loisirs, 24.50€

Tous ses petits canards de Christian Duda & Julia Friese

toussespetitscanards.jpgUn renard élève un petit canard, lui apprend comment se conduire avec les demoiselles, et, lorsque l’amoureuse de son pupille devient une jeune maman, explique à celle-ci comment couver ses œufs… tandis que gronde obstinément son estomac de renard, de carnivore, de prédateur !

Au fil des années, entourée par ce renard attendri de soins attentifs et d’affection, cette famille canard ne cesse de s’agrandir et emplit de ses générations successives les moindres recoins de la forêt – et les images de Julia Friese.

Ces illustrations mêlent collages, grattages, trames découpées, peinture à gros coups de pinceau, empâtements visibles et transparences, traits noirs de crayon gras volontairement imprécis, traits gris de crayon fin qui cernent à peine les formes. L’illustratrice a laissé visibles les esquisses de construction et les repentirs, et parfois les morceaux de papier collant qui font tenir sur une même double page plusieurs vignettes et les font ressembler à des photos souvenir qui dilatent le temps narratif et ménagent des pauses dans le récit. L’illusion de maladresse que créent cette juxtaposition et cette superposition de techniques est mise au service de la narration : elle renforce la naïveté de la fable et retarde le déclenchement des effets comiques, une illustration volontairement confuse ne prenant son sens qu’après la lecture du texte qui l’accompagne. Julia Friese sait que nous lisons l’image avant d’aborder le texte et qu’ensuite nous revenons sur elle.

Une histoire assez longue, une fable désopilante, à lire aux enfants à partir de cinq ans. Une fable sans moralité ? Qui sait ? Peut-être que tout homme devenu père est un renard qui se renonce…

 

 

Tous ses petits canards de Christian Duda & Julia FrieseTraduit de l’allemand par Violette Kubler, Être, 16,90 euros

La Nuit du visiteur de Benoit Jacques

nuitvisiteur.jpg108 pages fleurant bon l’encre noire, âpre et épaisse ; 108 pages d’un beau papier mat idéal pour accueillir les lino gravures au trait large et les jeux d’écritures les plus fins d’un Benoît Jacques au sommet de sa forme.

Mère grand dure d’oreille ou qui feint de l’être est visitée nocturnement par un loup qui tente de se faire passer, à plus de vingt reprises, pour ce qu’il n’est pas : Désiré, Denis, Lucas… Abel, Roger….La mère grand ne cède à aucune de ses avances masquées et sa mémoire défaillante (ou sa rouerie ?) prolongera encore le supplice de ce loup affamé qu’elle retient à la porte. Laissons le lecteur découvrir la chute délicieuse de cette histoire en randonnée, magnifiquement aboutie. Le Baobab 2008 de l’album est venu récompenser ce livre désopilant et créatif, et c’est rendre enfin hommage au travail ébouriffant de Benoît Jacques artiste et éditeur talentueux et exigeant.

C’est un album à conseiller à tous les amoureux des jeux de mots et de situation, à partir de 8 ou 9 ans, et qu'on peut lire à des enfants plus jeunes, comme on lirait du théâtre ou comme on chanterait une chanson : il y a dans La Nuit du visiteur une gaieté et un rythme qui ne sont pas sans rappeler Tout va très bien madame la marquise, chanson dans laquelle le changement de locuteur et les modifications de la voix du chanteur donnaient tant de charme à son interprétation. Alors chantez maintenant!

Claude

La Nuit du visiteur de Benoit Jacques, Benoît Jacques Books, 17 euros

Le premier qui pleure a perdu de Sherman Alexie

Lepremierquipleure.jpgDans cette autobiographie fictive illustrée par ses propres dessins d’adolescent, Sherman Alexie raconte sa vie indienne dans une réserve Spokane. Avec humour et dérision, il en dresse un portrait réaliste et cruel. Frêle et malingre mais intelligent, il a envie de s’en sortir et le seul moyen est d’étudier en dehors de la réserve, puisque l’enseignement à l’intérieur n’est pas à la hauteur. Il doit alors faire face au racisme ordinaire du lycée, et au rejet de ses amis indiens qui considèrent son départ comme une trahison. Dur et fort, ce roman pour grands adolescents nous ouvre les yeux sur une réalité difficilement concevable aujourd’hui.

Blandine


Le premier qui pleure a perdu de Sherman Alexie, Albin Michel jeunesse, Wiz, 13€