Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Présentation de Panaït Istrati | Page d'accueil | Rencontre »

lundi, 08 juin 2015

Rencontre en ethnopoétique

En partenariat avec l’ Association lorraine

des Professeurs de langues anciennes  (ALPLA),

l’Autre Rive reçoit

CLAUDE CALAME

clcalame.jpg

jeudi 18 juin 2015

à 18 h 30

pour son dernier livremythologie_grecque.jpg

Qu’est-ce que la mythologie grecque ? (paru directement au format de poche, dans la collection Folio-Essais, Gallimard, 2015)

 

Claude Calame y démontre que rien n’est plus variable, plus plastique, qu’un récit héroïque grec. Tout « mythe » grec est sans cesse reformulé, parce que chacune de ses versions est destinée à agir dans une conjoncture historique et culturelle bien précise. On ne saurait donc dissocier un récit des formes que prend sa narration (chant rituel, discours, scène peinte sur un vase…) ni des fonctions assignées à cette narration (dans un contexte politique ou cultuel, par exemple). Tout mythe relève du fictionnel plutôt que du fictif, c’est-à-dire qu’il résulte du « modelage » d’actions héritées d’un temps archaïque mais dont la valeur de vérité historique n’est pas fondamentalement remise en cause. Pour un Grec, les muthoi n’étaient pas des fables, et le muthos n’était pas le contraire du logos.

En portant un regard neuf sur Déméter, sur Bellérophon, sur Oreste, sur Hélène, sur Thésée ou sur Héraclès, Claude Calame nous propose « quelques éléments d’une mythologie grecque entendue non pas à notre usage, mais saisie autant que possible dans ses emplois indigènes ».

(Tous les mots grecs que l’auteur cite dans son livre sont transcrits en caractères latins.)

 

Helléniste, poéticien et anthropologue de renommée mondiale, Claude Calame est directeur d’études à l’École des hautes études en Sciences sociales (EHESS). Il a longtemps enseigné à l’université de Lausanne. Depuis un an, il tient un blog sur Mediapart.

Les commentaires sont fermés.