Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« L’Autre Rive accueille… | Page d'accueil | Rencontre »

mercredi, 15 janvier 2014

Rencontre avec le révolutionnaire

Eric  Hazan

Hazan.jpg

jeudi 23 janvier 2014

à 18 h 30

 

Un jour, Eric Hazan a décidé de quitter une carrière prometteuse de chirurgien du cœur, de planter là son métier, pour s’en aller opérer dans les camps de réfugiés palestiniens. Plus tard, en 1998, considérant que les livres, dont il ne pouvait se passer, sont aussi des armes, il crée sa maison d’édition : La Fabrique.

 

« Artisanale », mais drôlement remuante, sa petite boutique publie les écrits de la gauche radicale d’hier et d’aujourd’hui, d’ici et d’ailleurs.

 

En ce mois de janvier 2014, la Fabrique fête ses quinze ans d’existence, le bel âge pour une maison qui a choisi de ne publier qu’une douzaine de titres par an. Ces petits livres, à la couverture sobre et élégante, proposent des textes anciens devenus introuvables, de Marx et de Lénine, d’Hugo et de Blanqui, de Robespierre et de Saint-Just, mais aussi des essais de théoriciens engagés de notre temps : Jacques Rancière, Alain Badiou, Daniel Bensaïd, Frédéric Lordon…

 

Premières mesures révolutionnaires est le livre le plus récent d’Eric Hazan, écrit en collaboration avec Kamo. Ce livre nous invite à penser l’insurrection qui vient – et à préparer ce qui devra se passer après.

 

Le précédent ouvrage d’Eric Hazan était consacré à la Révolution française (Une histoire de la Révolution française, La Fabrique, 2012). À présent, Eric Hazan examine les manières dont se diffuse l’idée révolutionnaire aujourd’hui. Qu’est-ce que l’insurrection ? Comment se propage une onde révolutionnaire ? Que fera-t-on de l’effondrement mondial de l’économie et du capitalisme ? Il existerait même déjà, de par le monde, quelques exemples d’insurrection réussie.

 

 

hazan prem mesures.gif

Extrait de la page 43 :

 

« Plutôt que d’imaginer une somme de richesses fixes à se partager selon les règles bien connues de la plus grande convoitise, de reprendre le fantasme bourgeois où tout le 9-3 viendrait squatter les immeubles du XVIe arrondissement, mieux vaut penser ce qui se passerait si l’on donnait aux maçons, aux couvreurs, aux peintres du 9-3 les moyens de bâtir à leur façon, en suivant les désirs des habitants. En quelques années, la discussion entre voisins remplaçant l’hypocrite code de l’urbanisme, le 9-3 serait un chef-d’œuvre architectural que l’on viendrait visiter de partout, comme il en est du Palais du facteur Cheval. »

 

 

Eric Hazan est aussi l’auteur de L’invention de Paris, paru en 2002 dans la collection Fiction & Cie aux éditions du Seuil, également disponible en format de poche. Depuis 2012, il existe de ce texte une édition enrichie de nombreuses illustrations légendées (photographies, gravures, peintures, plans) et augmentée d’un index, sous la forme d’un beau livre relié sous jaquette (au Seuil, 45 €).

Les commentaires sont fermés.