Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Poésie in situ : deuxième semaine | Page d'accueil | Achat de livres pendant le confinement »

lundi, 20 avril 2020

Poésie in situ : troisième semaine

Rendez-vous (ou rituel) quotidien sur le site poema.fr :
cette troisième semaine vous donne l’occasion de lire
la poésie de Lucie Taïeb.
 

Lucie Taieb - photo Michel Durigneux.jpgLucie Taïeb, écrivaine et traductrice, est née en 1977 à Paris. Elle recherche une écriture de la justesse, centrée sur l’unité du poème et du fragment à travers des genres variés (essai, roman, poésie). À partir de ces genres, elle expérimente des formes singulières, parfois en dialogue avec des artistes venus d’autres disciplines (musique improvisée, gravure, photographie). Elle a publié des recueils de poésie : Tout aura brûlé (éditions Les Inaperçus), La retenue et Peuplié (Lanskine). Un essai : Freshkills : Recycler la terre (éditions Nota Bene). Et deux romans : Safe et Les échappées (éditions de l’Ogre), lequel s’est vu décerner le prix Wepler en 2019. Lucie Taïeb publie dans de nombreuses revues et lit fréquemment ses textes à voix haute lors de rencontres et de festivals.

Dans le cadre de POEMA 2020, Lucie Taïeb devait intervenir lors de l’événement Poésies autres mondes, le 25 avril, à la librairie Autour du Monde à Metz.

 
En ces temps de confinement, “Poésie in situ” se poursuit.
En collaboration avec les auteurs du festival 2020, POEMA publie quotidiennement sur son site @ et pendant cinq semaines (et + si le confinement se prolonge) un texte, ou parfois
un enregistrement audio ou vidéo,
de cinq auteurs invités cette année au Festival mais dont la venue a été annulée.
Chaque samedi est réservé à un inédit.
 
Les cinq auteurs sont :
du 6 au 11 avril : Christophe Manon ;
du 13 au 18 avril : Anne-James Chaton ;
du 20 au 25 avril : Lucie Taïeb ;
du 27 avril au 2 mai : Frédéric Forte ;
du 4 au 9 mai : Rémi Checchetto.

Écrire un commentaire