Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Mathis et l'ogre | Page d'accueil | À la rencontre de MeMo »

samedi, 26 mai 2012

Rencontre avec le poète

Richard Rognet

 

ROGNET_photo_C__H-lie_Gallimard_COUL_2_04_05.jpg

 

mardi 29 mai 2012

 

à  18 30

 

Élégies pour le temps de vivre  (Gallimard)

 

     Flâneries le long des sentiers de la mémoire, les Élégies qui forment le nouveau livre de Richard Rognet convoquent des instants d’enfance, d’amour et d’amitié, mais aussi le bruissement des feuillages, le déplacement des nuages, les mousses des forêts et les fleurs des jardins, les reflets et les ombres. Bien que teintés de nostalgie, de celle qu’éprouve un homme conscient d’être parvenu « aux lisières du monde », ces poèmes ne sont pas plaintifs. Ils célèbrent la vie, à travers l’évocation de ses mouvements les plus divers, de ses éclosions fragiles, de son invincible pouvoir de renaissance et de métamorphose. Tantôt le lyrisme est contenu, tantôt le vers s’allonge et le chant prend son essor. Dans ce recueil qui possède une profonde unité, l’amplitude du souffle varie comme le rythme de la respiration d’un bon marcheur.


 

                                                       

 

 

                        Après tant et tant de pluie, il fallaitelegies.jpg

                        bien que s’étranglent les nuages et

                        que se reconstruise la forteresse

                        du soleil. Tout commence au fond du parc,

 

                        les merles ragaillardis enchantent la lumière,

                        les herbes qu’on dit mauvaises, avec

                        les roses à moitié mortes, les cosmos,

                        les soucis, le romarin, célèbrent  

 

                        à nouveau la vie autour de la maison.

                        Tout recommence, on est rassuré, on sent

                        qu’un souffle venu des champs se pose

 

                        calmement sur notre solitude. On

                        pourra lire encore, dans l’air apaisé,

                        les méticuleuses arabesques du temps.

 

 

                                                                    

Les commentaires sont fermés.