Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2016-10 | Page d'accueil | 2017-01 »

mardi, 29 novembre 2016

Signature-dédicace

Lefred-Thouron et Diego Aranega

canard.jpg

 

dédicaceront

 

Le Canard enchaîné 100 ans  (éditions du Seuil)

 

 

vendredi 2 décembre 2016

 

à partir de 18 h 30

 

samedi, 19 novembre 2016

Rencontre avec ces jeunes poètes

… qui font la revue nancéienne

REVU

« la revue de poésie snob et élitiste »

revu1.jpg      revu2.jpg

vendredi 25 novembre 2016

à 18 h 30

---------

Présentation de la revue et lecture de poèmes par

Mathieu Olmedo

Théo Maurice

Franck Doyen

---------

Cette lecture sera suivie d’un apéritif.

---------

REVU n° 2. Trottoir, la ville à nos pieds

PARUTION : SEPTEMBRE 2016

​Pour ce deuxième numéro, l’équipe de la rédaction vous propose d’arpenter la ville le nez en l’air, les sens en éveil, parfois le poing levé. De la cité vécue, imaginée, au renouvellement du « penser » urbain par le travail de l’œil et de la langue, Trottoir, la ville à nos pieds offre un spectre large de créations poétiques et artistiques.

C’est aussi l’occasion de découvrir une nouvelle rubrique, la Relâche, porte ouverte à de nouveaux horizons, du rap à la poésie sonore, du jeu sur la langue au poème érotique.

Rencontre avec une absolue franchise

La librairie reçoit 

Emmanuel Venet

mercredi 23 novembre 2016

à 18 h 30

pour son roman

Marcher droit, tourner en rond

(éditions Verdier, 2016)

 

« Je ne comprendrai jamais pourquoi, lors des cérémonies de funérailles, on essaie de nous faire croire qu’il y a une vie après la mort et que le défunt n’avait, de son vivant, que des qualités. »

Ainsi débute le roman d’Emmanuel Venet, savoureux monologue intérieur d’un narrateur atteint du syndrome d’Asperger.marcher_droit.jpg

L’homme qui se livre ici aime la vérité, la transparence, le scrabble, la logique, les catastrophes aériennes et Sophie Sylvestre, une camarade de lycée jamais revue depuis trente ans. Farouche ennemi des compromis dont s’accommode la socialité ordinaire, il souffre, aux funérailles de sa grand-mère, d’entendre l’officiante exagérer les vertus de la défunte. Parallèlement, il rêve de vivre avec Sophie Sylvestre un amour sans nuages ni faux-semblants, et d’écrire un Traité de criminologie domestique. Par chance, il aime aussi la solitude.

On avait déjà découvert chez Emmanuel Venet, psychiatre de profession, un art de l’humour tout en demi-teintes, avec son premier roman Rien. Sens de l’humour largement réemployé ici, au service de l’histoire d’un homme qui ne cesse de buter contre les écueils de son idéal de transparence.

Emmanuel Venet, psychiatre, a publié précédemment : Portrait de Fleuve (éditions Gallimard, collection Le Chemin, 1991) ; Précis de médecine imaginaire (éditions Verdier, 2005) ; Ferdière, psychiatre d’Antonin Artaud (Verdier, 2006) ; Rien (Verdier, 2013). Lauréat en 2006 du prix du Style.